"UN MONDE DE RUSTRES" adaptation et mise en scène Bob VILLETTE

 

PRESSE


Oissel Hebdo

 

 

THEATRE


 

UN MONDE


DE RUSTRES

 


La place de la femme dans la société, un sujet encore criant d’actualité et abordé par la Comédie Errante, jeudi 4 et vendredi 5 octobre derniers dans le cadre de leur nouvelle création. Bob Villette et sa troupe ont choisi en effet de faire une adaptation de la pièce de Goldoni «Les rustres». Ce texte du XVIIIe siècle a été réécrit pour être adapté au spectateur d’aujourd’hui. Deux rustres exerçant leur absolutisme masculin sur leurs épouses ont décidé de marier ensemble leurs enfants. Mais à la condition expresse qu’ils ne se rencontrent jamais avant la noce ! Malgré leur despotisme domestique, leurs épouses se liguent pour que les jeunes gens puissent se voir avant la signature du contrat. A la découverte du pot aux roses, le dilemme va se poser pour ces hommes jaloux de leur toute puissance : marier les enfants coûte que coûte ou les enfermer à jamais dans des lieux reclus, avec leurs désobéissantes mères ?

Cette comédie burlesque offre une résonance évidente avec des situations existantes aujourd’hui à travers le monde, où la liberté des femmes reste un combat de chaque instant et où la toute puissance masculine empêche les familles de vivre dans l’harmonie, par le simple fait du bonheur d’être ensemble et de s’aimer. C’est le message que Sonia (Alias Catherine Cazorla), la rebelle, celle par qui le scandale arrive, va délivrer aux Rustres, ébahis de tant d’audace, mais secrètement fiers d’avoir épousé des femmes aimantes et combatives.

« … est-ce que vous vous rendez compte que ce sont vos manières de rustres qui ont été la cause de tous les désordres qui se sont produits aujourd’hui ? Examinez la conduite de vos femmes et quand elle est honnête, mettez-y un peu du vôtre et faites quelques concessions… Bref, si vous voulez vivre en paix, si vous voulez bien vous entendre avec vos femmes, conduisez-vous en hommes civilisés et non point en sauvages coléreux, odieux, ridicules ; commandez mais ne tyrannisez pas… et aimez… si vous voulez être aimés ! ».

 Deux atmosphères s'y opposent, l'une chargée du poids de la tradition devenue rituelle, l'autre ingénue et rebelle, dans une intimité familiale faite de confidences et d'indiscrétions. Un pur bonheur, un vrai morceau d'anthologie qui n'a pas pris une ride. C’est un spectacle dont le thème et les propos devraient interpeller les collégiens et lycéens confrontés encore aujourd’hui à ces réalités. «Des anecdotes personnelles me sont revenues lors de la représentation ! Avec beaucoup d’humour, de recul Bob Villette et la Comédie Errante ont réussi à évoquer ce thème. C’est frais, c’est drôle, cela m’a semblé trop court, j’aurais voulu que cela dure ! » pouvait-on entendre à l’issue de la représentation...