"Les chemins d'Aragon" lecture en espace

«  Les chemins d’ARAGON » :

une lecture-spectacle en l’honneur du poète disparu il y a 30 ans.

  Comment, en 1h30, évoquer un auteur qui a traversé le 20ème siècle, en y inscrivant une pensée et une œuvre majeure ?

Ce difficile et néanmoins beau projet a été relevé avec enthousiasme et pertinence par les 3 comédiens sur scène, Catherine CAZORLA, Agnès DEWITTE et Bob VILLETTE.

 Ce dernier a fait le choix de croiser des passages relatifs à la biographie d’ARAGON, inspirés de l’ouvrage de Jean RISTAT, Commencez par me lire  avec des extraits dialogués de 3 nouvelles du Mentir Vrai ainsi que des poèmes puisés dans les volumes 2,3,4,9,10 et 12 de « l’Œuvre Poétique ».

 Au fil d’un échantillon de textes accompagnés d’une prise de parole vivante et claire ,ont été abordés les liens, parfois douloureux, entre la vie d’ARAGON et leur « mise en mots ».

 En témoignent le poème «  Le Mot » dans lequel ARAGON évoque la «  révélation » de la véritable identité de sa mère alors qu’il s’apprête à partir à la guerre comme médecin-auxiliaire…..ou beaucoup plus tard, l’épisode du portrait de Staline aux côtés de son ami PICASSO.

La résonnance des textes d’ARAGON s’impose, avec des questionnements d’une vive actualité sociale et politique comme «  La complainte des chômeurs » ou «  Front rouge ».                  L’humour de Louis ARAGON est également au rendez-vous, pour aborder la révolution du langage poétique tel le texte de veine surréaliste,«  Persiennes », ou revisiter le cliché romantique de la 1ère rencontre dans «  L’inconnue du printemps » .

Néanmoins, les sujets graves comme la suspicion et la perquisition dans « Les bons voisins » sont savoureusement dénoncés sur un ton mi-sérieux, mi-léger . Enfin, «  Prénatalité » souligne dans la bonne humeur le décalage entre générations et le poids des conformismes, tandis que l’enchantement des vers d’ARAGON, ici DITS ou CHANTONNES, connus souvent, ponctuent régulièrement ces chemins aragoniens.

 Le spectacle repose sur une démarche théâtrale spécifique nommée «  Chemins d’acteur », propre à des comédiens qui sans nul doute, convainquent par leur mobilisation et leur détermination à créer une véritable rencontre avec le public, autour d’un auteur à la fois

« monstre sacré » de la littérature et homme avant tout. « Les chemins d’ARAGON » par La Comédie Errante, sans oblitérer la complexité de son engagement dans le «  monde réel » ni les «  mentir vrai » de son écriture, peuvent être une 1ère approche joyeuse et pédagogique de l’auteur ou une très agréable occasion de se souvenir des jalons d’une existence dense et passionnante.

Il en ressort l’envie de poursuivre la lecture ou les chemins d’un auteur qui disait appréhender «  ce silence qui suit l’écriture » et s’en remettre au lecteur pour achever l’acte poétique….. Eh bien, avec cet hommage, ARAGON a de beaux jours devant lui.

               Isabelle BRASSE-BERTOT